Gouvernance du Grand Paris, Fondation Concorde

25 décembre 2016

La Fondation Concorde essaie d’imaginer ce que devrait être les évolutions de notre pays pour accroître sa prospérité et sa cohésion. Pour cela, elle fait appel à ceux qui souhaitent contribuer au débat.
L’objectif est de participer, grâce aux nombreuses compétences qu’elle réunit, au renouvellement des idées, en s’attachant, en particulier, à renforcer l’efficacité économique du pays en faisant de la France le pays des entrepreneurs et en libérant l’initiative privée, puis de réformer l’Etat et réduire la dépense publique.

La fondation vient de publier une note consacrée à la gouvernance du Grand Paris, "Grand Paris : Pour une gouvernance lisible, démocratique et efficace", sous la direction de Michel Rousseau, rapporteur Alexandre Vesperini, conseiller de Paris, conseiller métropolitain.
La métropole parisienne, mondialement connue pour son histoire et sa culture, souffre aujourd’hui d’une lourdeur administrative handicapante. La multiplication des échelons administratifs rend le processus décisionnaire plus lent, donc moins efficace. Le Conseil de Paris est composé de 163 élus, le conseil régional accueille 209 personnes, tout comme le conseil métropolitain, qui chapeaute les conseils territoires (891 élus siégeant dans ces 11 conseils).

Une lenteur qui pèse sur l’attractivité de la capitale, il faut 6 à 15 fois plus de temps pour construire un centre commercial en Ile-de-France qu’ailleurs dans le monde. La fondation présente aujourd’hui ses préconisations pour apporter au Grand Paris une gouvernance lisible, démocratique et efficace, comme par exemple : ouvrir le capital des sociétés de transport franciliennes (RATP, SNCF, CDG Express,...), supprimer les échelons départementaux, inciter les fusions communales.
Pour accompagner la mise en place de ces réformes de la manière la plus efficace, la fondation propose également un calendrier de réformes allant de juin 2017 à mars 2020.